Mise au point de Monseigneur l’Archevêque Gabriel

A la suite du décès de Madame Lydia Places, survenu le 1er mars, le Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou a diffusé le lendemain, sur son site Internet, un communiqué ainsi qu’un message du métropolite Hilarion. Ce communiqué appelle la mise au point suivante.

Madame Lydia Places, née Kononoutchenko, s’est installée à Nice au moment de sa retraite. Elle est devenue membre de la paroisse en 1998. Auparavant, elle avait été paroissienne de la crypte de la rue Daru (paroisse francophone, Madame Places ne parlant ni ne comprenant le russe). Elle n’était donc pas « une des plus anciennes paroissiennes » de Nice. Par ailleurs, elle a été élue membre du Conseil paroissial en 1999, puis secrétaire du Conseil paroissial de 2004 à 2006, fonction qu’elle a occupée sur la proposition du père Jean Gueit, recteur de la cathédrale.

J’ai été amené à prendre à son égard, une mesure disciplinaire lui interdisant de s’approcher du saint calice, « en raison de ses agissements et de ses déclarations publiques qui portent un préjudice grave à la bonne vie de la paroisse et à la tranquillité des saintes églises de Dieu qui m’ont été confiées », comme il est écrit dans le décret du 15 avril 2008. Il était précisé dans ce même décret que j’attendais d’elle une « complète pénitence ». Madame Places a néanmoins continué par ses écrits à semer le trouble parmi les fidèles, à prendre à partie des clercs du diocèse et à chercher à semer la discorde entre eux. Que Dieu lui soit juge et qu’Il lui pardonne, tout comme nous lui avons aujourd’hui pardonné.

J’ajoute également que j’ai été informé par le clergé de la paroisse de Nice, dans la soirée du lundi 1er mars, de la gravité de l’état de santé de Madame Places qui venait d’être hospitalisée et j’ai immédiatement levé la mesure d’interdiction (« épitimia » et non « excommunication »). Les prêtres de la paroisse, le père Jean Gueit et le père Michel Philippenko, se sont rendus à l’hôpital. A leur arrivée à 23 h 20, Madame Places était décédée depuis 15 minutes. Père Jean Gueit lui a cependant dit qu’il apportait la réconciliation de l’archevêque et de lui-même, puis il a célébré avec père Michel Philippenko l’office pour l’instant de la séparation de l’âme et du corps. Le lendemain, les pères Jean Gueit, Michel Philippenko et Igor Koretskiy ont célébré une panikhida en la cathédrale, à 11 h 45. Les obsèques de Madame Lydia Places seront célébrées par le clergé de la cathédrale Saint-Nicolas, lundi après midi.

Que le Seigneur accorde le pardon et le repos à l’âme de Sa servante défunte.

† Gabriel, archevêque de Comane
Exarque du Patriarche Œcuménique

Retour haut de page
SPIP