MESSAGE DE PÂQUES DE S. EM. L’ARCHEVEQUE GABRIEL DE COMANE, EXARQUE DU PATRIARCHE ŒCUMENIQUE

Chers Pères Chers Frères et Sœurs,

Le Christ est Ressuscité !

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn XV,13)
« Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle » (Jn III,16)

Si j’ai choisi de mettre en exergue ces paroles que le Christ livre à ses apôtres et que nous rapporte saint Jean, c’est par ce qu’elle comprend deux mots clés qui se rapportent à la Résurrection du Seigneur : amour et vie ! En effet, si nous nous réjouissons en ce jour dans nos familles, nos communautés paroissiales et dans nos monastères, c’est à cause du grand amour de Jésus pour chacun d’entre nous et pour l’accès à la Vie qui nous est offert.

Nous avons tous besoin d’amour et notre vocation est la vie ! C’est une réalité universelle, partagée par tous les hommes de la terre : en effet, la vie sans amour n’a pas de sens.

Nous qui sommes chrétiens, nous devons être les témoins de l’amour. Certes, nous pouvons parler à ce sujet, mais bien plus encore nous devons en vivre : c’est la façon la plus convaincante de nous exprimer à ce propos. C’est ce qu’a fait le Seigneur : Il nous a aimé jusqu’à donner sa vie pour nous. Sa mort et Sa résurrection sont les deux éléments d’un même sceau dont il marque notre cœur une fois pour toutes !

Oui, Pâques est une très belle et grande fête, car elle marque un « passage », une traversée, c’est le sens du mot « Pessah » en hébreu. C’est une fête joyeuse que nous vivons, car le Christ traverse victorieusement la mort et ce « passage » est définitif ! Mais soyons attentifs au fait que, si la Résurrection de Jésus est un événement inscrit dans l’histoire, il n’est pas statique ni figé dans le temps. A partir de ce jour, le Seigneur continue de « passer » dans nos vies, en nous proposant son Amour sur cette terre et pour la Vie éternelle. C’est à chaque événement de notre quotidien que le Sauveur nous tend la main, en nous disant : « Si tu veux, je t’offre mon amour ! ». Mais voyons concrètement ce que cela veut dire.

Lorsque nous regardons nos vies, la vie de tous les hommes de la terre, nous sommes tentés par la tristesse et nous pourrions dire comme l’Ecclésiaste : « Tout est vanité et poursuite du vent » (Ec II,17). Que de malheurs, combien d’amours qui se brisent ! La maladie grave, l’accident inattendu, la vieillesse où tout décline sont autant de sujets d’accablement. Beaucoup de jeunes doutent de leur avenir et sont envahis par l’angoisse, cherchant quelquefois des substituts sans lendemain.

Face à ces peurs, face à ces angoisses, il nous faut nous souvenir qu’avant Pâques il y a le Vendredi de la Passion ! Il nous faut repenser à Gethsémani - « Mon âme est triste jusqu’à la mort » - et à la crucifixion - « Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Alors nous comprendrons que la Résurrection n’est pas une simple et aimable fête de famille que l’on oublie dès le lendemain, mais un véritable jaillissement, une hymne à la vie et à l’amour ! Si le Christ a accepté la souffrance, l’abaissement (la « kénose »), l’exclusion, le rejet, la terrible solitude, l’abandon de ces apôtres et, en final, la mort sur la Croix, c’est pour qu’au travers du mystère de la Résurrection qui a suivi nous n’ayons plus peur !

Plus tard, Thomas sera invité par le Sauveur à mettre sa main dans la plaie causée par la lance lors de la crucifixion. Ce geste sera accompli pour chacun d’entre nous : en touchant le coté du Christ, l’apôtre reçoit en cadeau l’amour infini de Dieu et l’accès à la vie ! Alors nos doutes, causés par nos multiples angoisses et tribulations, se transforment en une grande espérance et en un acte de foi : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn XX,28). Oui, comme à Thomas, le Seigneur dit à chacun : « Si tu veux, je t’offre mon amour et ma Vie ! ». Et c’est pour nous que le Christ dit : « Heureux ceux qui croiront sans avoir vu ! » (Jn XX,29).

La Résurrection du Sauveur nous révèle donc le véritable objectif du mystère de la Croix, l’amour suprême du Seigneur Jésus pour nous, pour tous les hommes de la terre !

Chers Pères, Frères et Sœurs,

En cette grande et lumineuse fête, je vous embrasse tous avec beaucoup d’amour et de joie ! Nous sommes maintenant ressuscités avec le Christ, nous avons vu la vraie lumière et c’est la Vie divine qui coule désormais dans nos veines !

Christ est ressuscité !
En vérité il est ressuscité !

Paris, 2/15 avril 2012
Cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, Paris

+ Archevêque Gabriel de Comane
Exarque du Patriarche Œcuménique

Retour haut de page
SPIP