Communiqué de l’Administration diocésaine sur les conclusions de la commission discipline "ad hoc"

Comme indiqué précédemment (cf. communiqué de l’Administration Diocésaine des 16 octobre et 9 novembre derniers), à la suite de la procédure d’assignation en justice engagée à son encontre par cinq membres du Conseil paroissial de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, Mgr l’Archevêque Gabriel, conformément aux statuts de l’Archevêché, a saisi la commission de discipline (tribunal ecclésiastique ou officialité). Après avoir entendu les intéressés, la dite commission, tout en constatant la gravité des faits qui leur étaient reprochés, n’a pas été en mesure de se prononcer de façon unanime sur les décisions à prendre à leur égard. En conséquence, et conformément au règlement de la commission de discipline, Mgr Gabriel a dessaisi ses membres de l’examen de cette affaire et a confié à une commission ad hoc de statuer en deuxième instance. Cette nouvelle commission, composée des archiprêtres P. André Fortounatto (Président), P. René Dorenlot, P. Michel Evdokimov, et du prêtre P. Christophe D’Aloisio, a remis ses conclusions à Mgr Gabriel, après avoir procédé à nouveau à l’audition des cinq personnes en cause et pris connaissance des documents en leur possession, avoir entendu plusieurs autres clercs et membres laïcs de la paroisse et effectué les investigations complémentaires qu’elle jugeait nécessaires.

La Commission a évalué avec gravité l’éventualité qu’il y aurait à appliquer les sanctions canoniques que prescrivent les normes de la Tradition ecclésiale orthodoxe, sanctions strictes et irrévocables selon l’acribie (akribeia) et qui auraient impliqué, entre autres, l’excommunication ad vitam eternam (cf. Canons des Apôtres 55, 2e Concile œcuménique canon 6, 4e Concile œcuménique canons 8 et 9, concile d’Antioche 12, décret du Concile de Moscou daté du 6/19 avril 1918 sur les « Mesures pour mettre fin aux désordres dans la vie ecclésiale »).

La Commission a choisi, compte tenu du long engagement de ces personnes dans la vie ecclésiale, de proposer des épitémies moins sévères, suivant en cela le principe de l’ « économie » (eikonomia), et qui peuvent se résumer aux dispositions suivantes, lesquelles varient en fonction de la gravité d’implication des dites personnes dans la procédure engagée contre leur évêque ainsi que de la sincérité du repentir qu’elles ont pu exprimer depuis.

Le diacre Jean Drobot est suspendu a divinis pour une période temporaire, après quoi il pourra être affecté comme diacre dans une nouvelle paroisse. Le sous-diacre Basile de Tiesenhausen est privé de l’accès aux Saints Mystères pour une durée de cinq ans et il est privé du sous-diaconat. M. Victor Loupan est privé de l’accès aux Saints Mystères pour une durée de trois ans. Ils ne pourront dorénavant ni siéger, ni être élus dans des instances ecclésiales. M. Vadim Tichonicky et Mme Katharina Woethe reçoivent une épitémie jusqu’au début du Grand Carême. Tous sont invités à un jeûne rigoureux et à la prière, dans un esprit de repentir sincère.

Par ailleurs, la Commission, dans une série de conclusions générales, a estimé qu’il serait opportun de ne pas se limiter à la présente procédure, mais de prolonger le travail entamé par une évaluation du fonctionnement général de la paroisse de la Cathédrale dont la vie est perturbée par des troubles profonds depuis longtemps, qui préexistaient à l’élection de Mgr Gabriel à la tête de l’Archevêché en 2003.

La Commission ayant rendu ses conclusions, adoptées à l’unanimité de ses membres, Mgr l’Archevêque Gabriel les a confirmées. Il entend prier pour les cinq personnes concernées par les décisions sus-indiquées ainsi que pour tous les fidèles de la Cathédrale, et implore le Seigneur d’accorder à tous la grâce du repentir, du pardon, de la réconciliation et de la miséricorde.

Paris, le 13 décembre 2012

Retour haut de page
SPIP