Communiqué du 3 juillet 2015

Nous mettons en garde les clercs et les fidèles de l’Exarchat, ainsi que toute personne susceptible d’avoir été contactée par le biais d’une adresse mail non-officielle, créée illégitimement au nom du Conseil de l’Archevêché, contre un communiqué anonyme, diffusé au nom du dit Conseil de l’Archevêché sans accord ni concertation avec son président, Son Éminence l’Archevêque Job de Telmessos, ni avec certains de ses membres élus.

Ce communiqué, qui n’a d’autre but que de diffamer et discréditer l’Archevêque-Exarque ne peut être considéré comme un document officiel émanant de l’Archevêché.

L’Archevêque Job regrette profondément que dès son élection, une partie du Conseil de l’Archevêché se soit constituée en véritable "parti d’opposition" qui, au lieu "d’assister l’Archevêque dans tous les domaines de la vie ecclésiale dont celui-ci a la charge" comme le prévoient les statuts de l’Archevêché (article 66), ne cesse de lui rendre la vie impossible en multipliant reproches et jugements, lui faisant la leçon et remettant en cause la moindre de ses décision. Le tout, non seulement à son insu, mais contre lui, contrevenant ainsi au 18ème canon du IVe Concile œcuménique, aux 34ème et 64ème canons du Concile Quinisexte et du 13ème canon du Concile Prime-Second.

L’Archevêque appelle les contrevenants au repentir, et leur demande de lui éviter de devoir appliquer les peines canoniques prévues par les saints canons de l’Eglise orthodoxe. Il rappelle à tous l’exhortation de Saint Ignace d’Antioche : "Il est raisonnable de retrouver désormais notre bon sens, et, pendant que nous en avons encore le temps, de nous repentir pour retourner à Dieu. Il est bon de reconnaître Dieu et l’évêque. Celui qui honore l’évêque est honoré de Dieu. Celui qui fait quelque chose à l’insu de l’évêque sert le diable" (Aux Smyrniotes IX, 1).

Retour haut de page
SPIP