Une journée dédiée à l’Archiprêtre Léonide Chrol à Montauban

C’est par cet intitulé que le quotidien " La Dépêche du Midi" signalait à ses lexteurs la journée consacrée à l’Archiprêtre Léonide Chrol.

(JPEG)

Qui était le Père Léonide Chrol ? Léonide naquit à Saint-Pétersbourg, le 11 août 1902. Son père était Trophim Chrol, et sa mère, Parascève, née Bielov. Trophim Chrol occupait un poste important dans la Direction de la Monnaie à Saint-Péterbourg.

(JPEG)

L’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à Paris, fut créé en 1925. Léonide s’en va à Paris, et commence ses études de théologie à l’Institut Saint-Serge. C’est à Saint-Serge que Léonide se lia d’amitié avec le Père Lev Gillet. Léonide fut ordonné diacre le 9 décembre 1934, etaccéda au presbytérat le 16 décembre.

Mgr Euloge envoie immédiatement le Père Léonide à Toulouse. Cette paroisse fondée en 1928, qui comprenait tout le Sud-Ouest de la France, avait la réputation d’être "la plus difficile de France" suivant les mots mêmes du Métropolite Euloge. A l’époque, les recteurs de Toulouse et Biarritz se partageaienl le Midi-Pyrénées et l’Aquitaine ! Après une année, le Père Léonide est épuisé et ira se reposer chez des pa¬roissiens dans la région de Montauban où en définitive il résidera.

Le 19 août 1944, deux mille "Mongols" arrivèrent par la route de Paris et établirent leurs quartiers dans la caserne Pomponne à Montauban. Ces soldats étaient en réalité des Tchétchènes et des Ingouches qui étaient passés de l’Armée rouge à la Werhrmacht avec l’Armée Vlassov. L’inquiétude de la population étaient d’autant plus vive qu’un accrochage entre ces troupes et des jeunes résistants montalbanais avait fait dix sept victimes parmi ces derniers. Les soldats tiraillaient et ferraillaient dans le centre-ville. Plusieurs résistants furent pendus. La situation était extrêmement tendue.

Ces "Mongols" fortement armés, n’étaient plus ravitaillés. Ils ne parlaient pas un mot de français. La Préfecture s’adressa au Père Léonide, craignant qu’un incident grave ne survienne entre les soldats et la population. Le Père Léonide partit sans hésiter. Sa connaissance de la langue russe et allemande était précieuse en de telles circonstances. Habillé d’une soutane blanche et le drapeau blanc à la main, il commença de difficiles négociations, en russe, avec ces hommes frustres et inquiets. Il obtint d’eux une forme d’armistice, ce qui sauva la ville de ce qui aurait pu être une véritable catastrophe. Faut-il rappeler que la 2ème Division SS "Das Reich" a été cantonnée à Montauban ; elle commit de nombreux massacres et exactions lors de sa progression du Midi vers la Normandie - et notamment le massacre d’Oradour sur-Glane, qui fit 642 victimes, le 10 juin 1944, soit deux mois avant l’intervention du Père Léonide. L’inquiétude de la population montalbanaise était amplement justifiée.

Après 45 années de bons et loyaux services envers l’Eglise orthodoxe, le Père Léonide rendit son âme à Dieu le dimanche 28 novembre 1982, à 19h00 en son domicile au Pont-de-Chame à Montauban.

Les funérailles furent célébrées le mercredi 1er décembre par l’Archevêque Georges (Wagner), le Père Eugène Czapiuk et le Père Jean Baïkov. Plusieurs années plus fiard, Montauban perpétua sa mémoire en donnant son nom à une "Avenue P.Léonide Chrol".

(JPEG)

La famille du P. Léonide, résidant en Pologne, n’ayant pu venir aux obsèques a souhaité rénover la tombe. C’est ainsi que le 29 juin dernier, en fin de matinée une panikhyde fut célébrée par l’Higoumène JEAN, recteur de la paroisse, assisté par l’Hiéromoine Alexis (Miluytin), recteur de Saint-Nicolas de Toulouse, les diacres Joachim Berton et Henri Couloumiès.

La Maire de Montauban Brigitte Barrèges et certains élus ont tenu à assiter à l’office ainsi que Michel Lamolinerie, maire de 1’Honor-de-Cos (commune où se trouve notre église). Mgr Guy Lourmande représentait l’évêque,absent du diocèse. La Pasteure,absente de Montauban, était représentée pardes fidèles. Une cinquantaine de personnes participaient à l’Office.

Après la cérémonie religieuse s’est tenue en mairie une "réception républicaine" d’après les mots de la Maire,qui est revenue dans son discours sur les étroites relations entre la Ville et le Père Léonide et avec le Père Jean.

L’higoumène Jean a remercié chaleureusement Madame le Maire de Montauban Brigitte Barèges pour sa participation au cimetière et pour l’accueil en Mairie.

Anna Lucki, cousine du Père Léonide, a remercié les personnes présentes "au nom des valeurs d’accueil, d’amitié et de partage que nous partageons tous". Madame le Mairie a invité l’assistance à partager le vin d’honneur.

(JPEG)

Ce fut une journée sympathique, conviviale. Grâce à l’intervention du Père Léonide l’Orthodoxie locale fut ce jour-là reconnue officiellement par la Municipalité et les montalbanais.

Higoumène Jean (Vesel)

Retour haut de page
SPIP