Communiqué de l’AEOF du 16 avril 2019

En ce premier jour de Semaine sainte pour nos frères et sœurs catholiques, la cathédrale Notre-Dame de Paris vient d’être partiellement ravagée par les flammes ! Ce drame terrible dépasse l’entendement. La stupéfaction fait place à l’horreur. Au-delà des appartenances religieuses et confessionnelles, ce monument emblématique de l’Église catholique de France, parle à l’imaginaire collectif du monde. Les orthodoxes aimaient s’y recueillir, voire y célébrer la mémoire de saint Denis de Paris comme le signe de notre passé commun, ou encore d’y vénérer la sainte Couronne d’épines. Notre-Dame de Paris est plus qu’une cathédrale, c’est aussi un lieu de rencontre avec la transcendance, de dialogue avec l’histoire et d’espoir dans l’infini. Cette merveille architecturale a traversé les siècles, témoin des tumultes du temps, pour devenir le symbole de l’identité de la France. On pensait Notre-Dame immuable. Sa destruction partielle nous afflige tous avec d’autant plus de force.

Nous partageons la peine de nos frères et sœurs catholiques qui aujourd’hui perdent une partie d’eux-mêmes. Les Parisiennes et les Parisiens, les Françaises et les Français et avec eux le monde, sont bouleversés. Aussi, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France apporte tout son soutien et offre ses prières à une population blessée dans l’intime de son être, et notamment à Son Eminence, l’archevêque de Paris, Monseigneur Michel Aupetit, à son clergé et à l’ensemble de ses fidèles qui, en ce Lundi Saint, vivent dans une profondeur toute particulière le mystère de la Passion qui, c’est notre foi commune, n’est jamais séparé du Christ ressuscité.

Retour haut de page
SPIP