Consécration de la nouvelle église du monastère de Bussy

Extrait d’un article du SOP, n° 282.

JPEG - 59.1 ko
Source des photos : album photo du site orthodoxie-online

La dédicace de la nouvelle église du monastère Notre-Dame-de-Toute-Protection, situé à Bussy-en-Othe, près de Auxerre (Yonne), a eu lieu le 14 octobre [2003], sous la présidence de l’archevêque Gabriel. De nombreux clercs, moines, moniales et laïcs, fidèles et amis du monastère, au total près de trois cents personnes, ont participé aux célébrations liturgiques, suivies d’agapes dans le réfectoire et la cour du monastère. La décision de construire une nouvelle église avait été prise à la fin des années 1990 par l’actuelle supérieure de la communauté, mère Olga, avec la bénédiction de l’archevêque Serge [...], l’ancienne chapelle du monastère étant devenue trop étroite pour la communauté et ses hôtes. La pose de la première pierre avait eu lieu en avril 2001. La nouvelle église est bâtie dans le style de l’architecture religieuse médiévale de Novgorod et de Pskov. Elle est dédiée à la Transfiguration. Le monastère de Bussy-en-Othe, qui compte actuellement vingt-trois moniales de plusieurs nationalités (France, Biélorussie, Canada, Égypte, Grande-Bretagne, Hongrie, Pologne, Roumanie et Japon), est la plus ancienne communauté monastique orthodoxe fondée en France.

JPEG - 57.3 ko

Après une procession solennelle au cours de laquelle des parcelles de reliques de saints ont été transférées de l’ancienne église vers la nouvelle, il a été procédé aux différents rites de la cérémonie de dédicace : déposition des reliques dans l’autel en pierre, onction et habillement de l’autel, bénédiction et onction des murs de l’église. Ensuite, l’archevêque Gabriel a présidé une liturgie eucharistique, entouré des métropolites Séraphin d’Allemagne, Joseph d’Europe occidentale et méridionale, et de l’évêque Silouane, tous trois du patriarcat de Roumanie, et d’une vingtaine de prêtres, dont cinq venus de Russie.

JPEG - 58.7 ko

Assistaient également à la célébration plusieurs représentants de l’Église catholique, dont notamment Mgr Georges Gilson, archevêque de Sens, Mgr Gérard Daucourt, évêque de Nanterre, Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes et Mgr Paul Bertrand, évêque émérite de Mende. Des membres de différentes communautés monastiques orthodoxes et catholiques étaient également présents.

À l’issue de la liturgie, l’archevêque Gabriel a prononcé une homélie sur le sens de l’église et de la célébration qui venait d’y avoir lieu. "Qu’avons-nous fait aujourd’hui ? Nous avons préparé la chambre nuptiale pour le Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ, qui veut recevoir aujourd’hui son épouse, qui est son Église", a-t-il expliqué. "Nous tous ensemble, réunis dans la prière et la communion, nous sommes son corps, son Église. Aussi, aujourd’hui, nous avons reçu notre époux, notre Sauveur, le Fils du Père céleste, notre amour, notre joie, notre salut", a-t-il poursuivi.

JPEG - 29.1 ko

Soulignant que "cette nouvelle église terrestre" était bâtie "à l’image de l’église céleste" et qu’elle constituait "l’icône du monde sauvé et restauré par l’amour de Dieu", il a affirmé que l’acte de "sanctification de ce sanctuaire" était pour chacun "un rappel de son engagement baptismal à renouveler sa vie dans le Christ", car, a-t-il dit, "notre vocation à tous est de devenir saints", que l’on soit prêtre, moine ou laïc. Dans son discours de réponse, mère OLGA a tenu à remercier tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, avaient participé à la construction de cette église, avant de lancer un vibrant appel au "témoignage de l’unité que nous devons avoir, unité dans l’Église, unité dans la communauté monastique, unité dans le village [où nous demeurons]".

Retour haut de page
SPIP