Communiqué N° 04-06 de l’Administration Diocésaine

Mise au point au sujet de la panikhida du 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois

Certains média russes ayant présenté de façon édulcorée et tendancieuse le fait qu’une délégation du Patriarcat de Moscou n’a pas pu célébrer une panikhida dans l’église de la Dormition auprès du cimetière Sainte-Geneviève-des-Bois, l’Administration Diocésaine tient à faire la mise au point suivante :

S. Em. l’Archevêque Innocent (diocèse de Chersonèse) avait écrit, le 24 janvier, pour demander à S. Em. l’Archevêque Gabriel de Comane, exarque du Patriarche Œcuménique, de pouvoir célébrer, le 13 février, à l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire de la paroisse des Trois-Saints-Hiérarques, une panikhida dans l’église de la Dormition, qui relève de la juridiction de Mgr Gabriel, et se recueillir dans la crypte sur la tombe des hiérarques de bienheureuse mémoire qui y reposent.

Mgr Gabriel avait répondu favorablement à cette demande, le 26 janvier, en indiquant qu’il serait heureux d’accueillir dans l’église Mgr Innocent et ses invités, et de célébrer avec lui cette panikhida. Ce geste d’ouverture et d’accueil de la part de Mgr Gabriel correspondait en tout point à ce qu’il avait déjà fait en septembre 2005 lors de la panikhida à Paris, à l’occasion du transfert des corps du général Denikine, du philosophe I. Iljin et de leurs épouses.

En réponse, Mgr Innocent a fait savoir, dans une lettre datée du 29 janvier, que compte tenu du très grand nombre de personnes attendues à cette célébration, la panikhida serait célébrée en plein air dans le cimetière même, l’église étant trop petite pour contenir toutes les personnes attendues (« Après réflexion, nous sommes parvenus à la conclusion que étant donné le nombre des personnes présentes il sera plus pratique de célébrer cette panikhide en plein air dans le cimetière », écrit dans sa lettre Mgr Innocent), ce dont il a été pris acte. En conséquence, l’église de la Dormition était fermée le 13 février, tout comme elle l’est toujours, pour des raisons de sécurité, quand il n’y a pas de célébration liturgique prévue à l’intérieur. Par contre, Mgr Gabriel avait donné les instructions nécessaires pour que la crypte (habituellement elle aussi fermée) soit ouverte ce jour-là, afin de permettre à la délégation du Patriarcat de Moscou de s’y recueillir comme elle en avait exprimé le souhait.

L’Administration Diocésaine espère bien que les différents médias russes, par souci d’honnêteté intellectuelle et de déontologie professionnelle, ne manqueront pas de porter à la connaissance de leurs lecteurs ce rectificatif.

Paris, le 16 février 2006

Version Russe (JPEG)

Retour haut de page
SPIP