Message de Mgr Gabriel au Concile de l’Église russe Hors Frontières

Message de S. Em. l’Archevêque Gabriel à S. Em. le Métropolite Laur et aux membres du 4e Concile de l’Eglise russe hors-frontières (San Francisco, 6 mai 2006)

À Son Eminence le Métropolite Laur,
Premier hiérarque de l’Eglise russe hors-frontières

Votre Éminence et bien aimé frère en Christ,

Nous adressons à votre Éminence et aux vénérables évêques qui sont avec lui, ainsi qu’à l’ensemble des délégués du 4e Concile de l’Eglise russe hors-frontières, notre salutation cordiale et fraternelle. Nous vous souhaitons un bon et fructueux déroulement des travaux de cette assemblée.

Nous nous félicitons sincèrement du processus en vue du rétablissement de la communion eucharistique entre l’Église russe hors-frontières et le Patriarcat de Moscou qui a été engagé sous votre sage conduite épiscopale et nous espérons que ce processus conduira également au rétablissement de la communion avec la plénitude de l’Eglise orthodoxe universelle, nous permettant ainsi de communier nous aussi ensemble au même Calice.

Nous ne pouvons en effet que vous répéter ce que notre Archevêché répondait déjà à l’adresse du 3e de l’Eglise russe hors-frontières concile en 1974 : « Nous confessons vraiment que chaque organisme ecclésial séparé a besoin d’être en communion vivante avec l’Eglise orthodoxe universelle. Il est indispensable non seulement d’avoir une ‘reconnaissance’ de la part de l’ensemble du monde orthodoxe, mais une communion vivante, réelle, avec la plénitude de l’Eglise orthodoxe ». C’est pourquoi nous sommes heureux d’apprendre que vous recherchez aujourd’hui à établir ce lien canonique indispensable avec l’Orthodoxie universelle.

Pour nous ici, en Europe occidentale, ce lien nous a été donné à travers notre rattachement au très saint Trône du Patriarcat de Constantinople, qui a permis à notre entité ecclésiale de vivre en toute autonomie et de la protéger des influences étrangères à l’Eglise.

La division et la séparation sont choses difficiles à surmonter, cela ne peut se faire que dans un esprit d’amour, de vérité et de confiance réciproques. Les fondateurs de nos entités ecclésiales ont agi en conscience dans des circonstances tragiques et particulièrement difficiles, alors que la sainte Église de Russie était livrée aux persécutions et aux schismes, et que des millions de ses enfants étaient dispersés à travers le monde. Le passé appartient aux historiens, le jugement appartient à notre Seigneur et Sauveur, qui lui seul sonde les reins et les cœurs de chaque homme.

Quant à nous, nous devons garder en tête l’esprit de pardon et de repentir mutuel qui présidait la rencontre entre les métropolites Antoine et Euloge de bienheureuse mémoire à Sremski Karlovtsy, en 1935, ou encore le sentiment d’estime et de respect que partageaient mutuellement l’un pour l’autre les métropolites Anastase et Vladimir de bienheureuse mémoire. Que le Seigneur leur accorde le repos, la rémission de leurs fautes volontaires ou involontaires, le séjour avec les justes.

Nous souhaitons aussi vous exprimer notre conviction que votre présence ici, dans les différentes parties du monde, où le Seigneur vous a conduits, vous et vos parents, n’est pas le fruit du hasard, mais la volonté de Dieu, qui vous a appelés à témoigner ici et maintenant de la sainte foi orthodoxe et qu’il ne tient qu’à vous de participer, avec les autres pieux évêques orthodoxes et leurs troupeaux, dans les différentes contrées où vous vous trouvez, à l’édification de l’Église du Christ, une Église qui ne peut s’inscrire que dans une perspective locale, territoriale, comme nous l’avons reçu des Saints Apôtres, des Saints Pères et de nos maîtres dans la foi, notamment le saint patriarche Tikhon qui a tant fait pour l’établissement de l’Orthodoxie sur le continent nord-américain. Il nous faut en effet tous ensemble construire la vie ecclésiale sur des bases canoniquement justes dans les conditions où le Seigneur nous a appelés à vivre aujourd’hui. « C’est ici notre place, et c’est ici que nous devons réaliser notre vocation », peut-on lire déjà dans le communiqué publié par notre Archevêché en réponse à l’appel du 3e Concile de l’Eglise russe hors-frontières.

C’est pourquoi, nous ne pouvons que rappeler le message que lançait déjà notre prédécesseur de bienheureuse mémoire le métropolite Vladimir afin qu’ensemble, dans l’application des normes de l’ecclésiologie orthodoxe et de l’ordre canonique, nous participions tous à l’édification de cette Église, au delà des différences de langue, de nationalité, d’origine ethnique, là où nous vivons, sans pour autant abandonner les pratiques et usages que nous avons héritées de la riche et précieuse tradition ecclésiale russe que, nous tous - vous comme nous - choyons et chérissons.

Je prie pour que le Seigneur vous apporte la force et la grâce dans vos travaux et qu’il vous aide à manifester la volonté de son Très Saint Esprit.

Veuillez croire, bien aimée Éminence, en mes sentiments d’amour fraternel dans le Seigneur.

† Gabriel, Archevêque de Comane
Exarque du Patriarche Œcuménique

Version Russe (JPEG)

Retour haut de page
SPIP