Assemblée diocésaine du 1er mai 2003

Pendant sa maladie en décembre 2002, l’Archevêque Serge avait confié à son auxiliaire, l’évêque Gabriel de Comane, le soin d’administrer l’Archevêché.

Le lendemain du décès de l’Archevêque Serge, le 23 janvier 2003, le Conseil de l’Archevêché, conformément aux Statuts, a désigné par un vote l’Evêque Gabriel comme Locum Tenens du Siège Archiépiscopal, par neuf voix contre deux à l’Evêque Michel. Le Patriarche Œcuménique, dans une lettre datée du 3 février 2003, a confirmé cette nomination ainsi que la date choisie par le Conseil de l’Archevêché, à l’unanimité, pour la convocation de l’Assemblée générale Extraordinaire de l’Archevêché en vue d’élire le successeur de l’Archevêque défunt.

Le jeudi 1er mai 2003, jeudi de la Sainte et Radieuse Semaine de Pâques, l’Assemblée s’est réunie en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, sous la présidence de l’Evêque Gabriel, Son Eminence le Métropolite Jérémie de Suisse assistant en qualité d’Exarque Patriarcal Extraordinaire.

De fait, la présidence de l’Assemblée a été assurée par son premier vice-président, le Protobresbytre Boris Bobrinskoy, membre du Conseil de l’Archevêché et doyen de l’Institut de Théologie Saint-Serge. Monsieur Vadim Tikhonitsky, marguillier de la cathédrale, était le second vice-président (laïc) de l’Assemblée. Le secrétariat de l’Assemblée était assuré par le baron Basile de Tiesenhausen, assisté de monsieur Oleg Lavroff. La commission de vérification des mandats était composée des Prêtres Alexis Struve et Lambert van Dinteren, du prince Serge Obolensky et du baron Jean de Tiesenhausen. Les fonctions de scrutateurs étaient assurées par les Prêtres Michel Philippenko et Serge Sollogoub, madame Tatiana Chomcheff et monsieur Antoine Nivière.

Le Conseil de l’Archevêché, chargé de la préparation de l’Assemblée, avait arrêté, lors de sa réunion du 2 avril, une liste de trois candidats, les Evêques Michel et Gabriel ainsi que le Hiéromoine Prochore. Ces candidatures avaient reçu l’agrément du Saint-Synode du Patriarcat Œcuménique.

Après le chant du tropaire de Pâques et l’ouverture de la séance, le Métropolite Jérémie lit un message du Patriarche Bartholomée Ier à l’Assemblée de l’Archevêché (cf. le texte intégral ci-joint), dans lequel est exposée la vision de l’organisation de la diaspora orthodoxe suivant le patriarcat de Constantinople. Ensuite, l’Evêque Gabriel présente un rapport moral, dans lequel il évoque la mémoire de l’Archevêque défunt, il rappelle l’histoire et la situation présente de l’Archevêché dans le monde orthodoxe, il évoque les réactions et suites à donner à la lettre du Patriarche de Moscou Alexis II du 1er avril dernier à l’adresse des “paroisses d’origine ou de tradition russe en Europe occidentale” et s’explique quant à la manière dont il a assuré les fonctions de Locum Tenens du Siège archiépiscopal.

Le Père Boris Bobrinskoy annonce ensuite les trois candidatures présentées par le Conseil de l’Archevêché et demande l’accord solennel des trois candidats, qui le confirment, avant de se présenter personnellement. L’évêque Michel donne lecture au préalable d’une lettre d’un avocat parisien agissant pour le compte de cinq clients, lettre qui lui a été remise la veille par un huissier de justice et également transmise, par la même procédure, à Monseigneur Gabriel et au baron Basile de Tiesenhausen, Secrétaire du Conseil de l’Archevêché. Les auteurs de cette lettre souhaitent voir repousser l’élection de l’Archevêque à une date ultérieure, remplacer l’ordre du jour de l’AGE par une discussion sur les propositions contenues dans la lettre du Patriarche de Moscou Alexis II, voir désigner un Comité spécial composé de “techniciens” qui devra “dans les huit jours” rédiger une réponse aux propositions du Patriarche de Moscou.

Le Père Boris Bobrinskoy rappelle que conformément aux Statuts de l’Archevêché et à la législation française il n’est pas possible, en aucun cas, de modifier en séance l’ordre du jour d’une Assemblée Générale Extraordinaire et il invite l’Evêque Michel à poursuivre la présentation de sa candidature.

Ce dernier lit en français, puis en russe, une brève déclaration, dans laquelle il se félicite de l’initiative prise par le Patriarche de Moscou Alexis II de réunir dans le cadre de l’Eglise de Russie l’ensemble des composantes d’origine ou de tradition russe en Europe occidentale et il exprime son intention de voir l’Archevêché répondre favorablement à cette proposition, car, selon lui, “il est temps de dépasser les divisions historiques”. Enfin, après s’être “étonné que le message du Patriarche Bartholomée ne contienne pas une fois le mot russe”, il regrette que le Conseil de l’Archevêché ait rejeté la proposition de reporter l’Assemblée Extraordinaire à une date ultérieure, mettant en cause le rôle que jouerait la “Fraternité”.

Le père Prochore, pour sa part, présente les principales étapes de sa vie et donne sa vision de l’avenir de l’Archevêché, tout en souhaitant la réunification des différentes juridictions russes de la diaspora, il appelle à la plus grande prudence face aux propositions du Patriarche de Moscou.

L’Evêque Gabriel souligne, de son côté, que l’Archevêché est d’ores et déjà en pleine communion avec l’Eglise de Russie et qu’il faut faire tout le possible pour que cette communion soit une “réalité vécue” avant de penser à “une unité imposée d’en haut”. Tout en souhaitant voir s’instaurer une consultation aussi large que possible, il rappelle la nature spirituelle de l’Eglise, qui n’est pas une démocratie de type parlementaire. Enfin, il insiste sur le fait que rien ne peut se faire sans l’aval du Patriarcat de Constantinople qui est pour l’instant l’autorité de tutelle de l’Archevêché. "

Le Père Bobrinskoy donne ensuite la parole à la salle pour quelques questions aux candidats. S’expriment monsieur Onanachvili (Le Creusot), qui demande à mieux connaître Mgr Gabriel, le père Nicolas Ozoline, qui reproche à Mgr Gabriel de vivre sous le même toit qu’une moniale ce qui est contraire aux canons, explique-t-il. Mgr Gabriel explique qu’il avait reçu en son temps, la bénédiction de Mgr Georges (Tarassoff), que Mgr Georges (Wagner), venu plusieurs fois à Maastricht, n’a rien trouvé à dire, pas plus que Mgr Serge qui était son confesseur et qui l’a choisi comme évêque auxiliaire. Le père Alexis Struve s’insurge iréniquement contre l’intervention du père Nicolas Ozoline (ce qui provoque les applaudissements fournis de l’Assemblée en dépit de la contre-indication du père Boris Bobrinskoy), puis demande à Mgr Michel selon quelles procédures ce dernier envisage un retour de l’Archevêché à Moscou. Après les réponses à ces questions, a lieu le premier tour de scrutin.

En attendant les résultats, plusieurs participants prennent la parole sur les propositions contenues dans la lettre du Patriarche de Moscou datée du 1er avril, certaines divergences apparaissant au sein de l’archevêché entre les tendances “russes” et “non-russes”, sur le sens de l’Eglise locale, sur le rôle du Patriarcat de Constantinople vis-à-vis des communautés de la diaspora (intervenants : Mère Olga, Archiprêtre Nicolas Cernokrak, Archiprêtre Jean Gueit, Prêtre Jivko Panev et autres).

A la première séance du matin, le 1er mai, cent quatre-vingt-un délégués se sont trouvés réunis. Après la clôture et le dépouillement du premier scrutin, le résultat de celui-ci s’est établi comme suit :

Nombre de votants : 181

Ont obtenu :

  • Monseigneur Gabriel 118 voix
  • Monseigneur Michel 44 voix
  • Père Prochore 13 voix
  • En outre, il y eut six bulletins exprimant un refus de vote (trois noms rayés).

Aucun des trois candidats n’ayant obtenu les 2/3 des voix requises pour l’élection (120 voix) et deux des candidats n’ayant pas obtenus les 1/3 permettant de se maintenir au deuxième tour, conformément aux Statuts en vigueur, le Père Boris Bobrinskoy annonça qu’il ne restait pour le deuxième tour de scrutin que la candidature de Monseigneur Gabriel, pour lequel il serait à nouveau requis une majorité des deux tiers afin d’être élu.

Après un rappel au règlement de monsieur Vadim Tikhonitsky suite à une question du Hiéromoine Nicolas (Molinier), le Père Boris Bobrinskoy suspendit la séance et invita les membres de l’Assemblée à un repas fraternel, préparé par les dames de la paroisse de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky et de la Crypte de la Sainte-Trinité.

La séance fut reprise à quinze heures quarante-cinq. En attendant les résultats du scrutin, plusieurs participants prennent la parole dans le prolongement de la discussion engagée le matin (intervenants : Elisabeth Behr-Sigel, Archiprêtre Nicolas Rehbinder, Prêtre Vladimir Schibaev, Ivan Cheret, baron Basile de Tiesenhausen, Archiprêtre Anatole Rakovitch).

Au second tour, les voix se sont réparties de la manière suivante :

Nombre de votants : 173

  • A obtenu : Monseigneur Gabriel 134 voix
  • De plus, deux bulletins ont été déclarés nuls, trente-sept ont exprimé un refus de vote (nom rayé), et huit délégués présents le matin ne sont pas venus l’après-midi. Ainsi, l’Evêque Gabriel obtenait plus des 2/3 des suffrages exprimés, requis pour être élu (116 voix).

Après la proclamation du résultat par le Père Boris Bobrinskoy, l’Archidiacre Job entonne le Ad Multos Annos pour l’Evêque Gabriel de Comane, Archevêque élu de l’Exarchat des paroisses orthodoxes russes en Europe occidentale, puis pour le Métropolite Jérémie de Suisse, dont c’était la fête onomastique (selon le calendrier grégorien). L’Assemblée proclama ensuite à haute voix : “Axios”, avant que le Père Boris Bobrinskoy n’annonce la clôture des travaux, terminés par le chant de l’hymne pascale à la Mère de Dieu.

Retour haut de page
SPIP