In Memoriam : Stephan Jerebzoff

Stephan Jerebzoff nous a quittés dans la nuit du 18 au 19 Juin 2006. Celui-ci a été pendant 33 ans le marguillier de la paroisse St-Nicolas de Toulouse. Chercheur au CNRS, il a toujours su consacrer sa vie à l’Orthodoxie. Il l’a fait de manière naturelle et sans discrimination, accueillant tous les nouveaux arrivés dans la paroisse, de quelque pays qu’ils viennent. Cela a fait qu’à Toulouse, la communauté, d’origine russe, vient maintenant des quatre coins du monde et que tous se retrouvent ensemble dans la célébration liturgique, assurée en slavon, en français, en roumain et en grec, sans que cela gêne quiconque... Ci-après, l’homélie faite par le Père hiéromoine Serge, recteur de la paroisse, au cours de l’office d’enterrement de Stephan Jerebzoff, célébré le mercredi 21 Juin à Estillac (Lot-et-Garonne), village natal du défunt.

Frères et sœurs, nous nous retrouvons tous aujourd’hui pour rendre un dernier hommage à Stephan.

Ce que nous pouvons tous dire en premier c’est que ce dernier était un homme de conviction. Il avait reçu la grâce du Seigneur d’avoir un esprit vif, toujours en éveil et un grand sens de la valeur des choses. Il a œuvré en tant que scientifique au CNRS, avec toute la rigueur intellectuelle nécessaire à l’accomplissement de sa tâche de chercheur. Il a su aussi remplir sa vie d’une grande spiritualité : le chercheur avait trouvé Dieu, et il était sans cesse émerveillé de cette rencontre. Cette dernière a influé son comportement, cela se notait dans tous ses actes, même les plus quotidiens. La présence de Dieu dans sa vie a été quelque chose qu’il a su faire partager à tout son entourage, tant professionnel que familial. Nous qui l’avons connu à différentes époques de sa vie, nous sommes tous conscients de ce qu’il a apporté à chacun de nous.

Stephan a été durant de nombreuses années le « starosta » de la paroisse St-Nicolas de Toulouse. Tout au long de sa mission, de son « sacerdoce » devrais-je dire, il a tout fait pour que l’orthodoxie puisse vivre et se développer localement. Même lorsqu’il s’était retiré en Ariège, il a continué à œuvrer pour l’église. Je peux dire qu’il a été un pionnier de l’église locale.

Stephan avait le mot juste, l’intelligence du cœur qui lui permettaient de se mettre à la portée de tous. Son humilité s’ajoutait à sa merveilleuse capacité d’écoute, cela toujours dans le but d’aider son prochain. Avec lui le sens du mot « chrétien » retrouve toute sa puissance.

Frappé par la maladie il a lutté jusqu’au bout en gardant une foi intacte. Il est parti la nuit qui a suivi la fête de tous les saints. Saint Jean Chrysostome dans son homélie sur les témoins du Seigneur, dit qu’ils ne peuvent être tous comptés. Stephan, à sa manière, a toujours été un témoin du Seigneur. Il restera pour beaucoup un exemple.

Aujourd’hui, nous ressentons le vide qu’il laisse à son épouse, à sa fille, à sa sœur et à nous tous. Pourtant nous sommes confiants en la Résurrection et nous savons qu’il a rejoint le Seigneur pour jouir d’un repos mérité. Son œuvre s’arrêtera-t-elle là ? Soyons sûrs que non car nous pouvons l’imaginer nous dire avec un petit sourire « Il reste encore du travail à faire, nous aurons le temps de nous reposer plus tard, il nous faut achever notre tâche avant tout... »

Demandons au Seigneur de nous donner cette force d’en haut qui a animé Stephan toute sa vie et que, comme lui, nous nous attelions tous à la tâche qui nous est confiée par Dieu.

Mémoire éternelle au serviteur de Dieu défunt Stephan. Amen

Retour haut de page
SPIP