40e anniversaire du décès du Père Nicolas Afanassieff

(JPEG)
père Nicolas Afanassiev

C’est le 4 décembre 1966 que s’éteignait, à l’âge de 74 ans, le Protopresbytre Nicolas Afanassieff, professeur de droit canonique et d’histoire de l’Eglise ancienne à l’Institut de théologie Saint-Serge, et recteur (« namestnik ») du métochion Saint-Serge (« Serguievskoïé Podvorié »). Ses obsèques étaient célébrées dans l’église Saint-Serge à Paris, le 8 décembre 1966, sous la présidence de feu l’Archevêque Georges de Syracuse, en présence de nombreuses délégations orthodoxes et œcuméniques. Le père Nicolas était ensuite enterré au cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Professeur à l’Institut Saint-Serge de 1930 à sa mort, ordonné prêtre à Noël 1939/1940 par le métropolite Euloge, théologien mondialement connu, auteur de nombreuses études, le père Nicolas Afanassieff avait été président de la Commission canonique et juridique de l’Archevêché, président du Tribunal ecclésiastique, responsable de la rédaction du Messager diocésain. Il avait pris une part active à l’élaboration, en 1965-1966, du nouveau statut canonique de l’Archevêché, après la fermeture par le Patriarcat œcuménique de son Exarchat provisoire des paroisses russes en Europe occidentale. Il avait également assisté comme observateur officiel, représentant l’Archevêché et l’Institut Saint-Serge, à la 4e session du Concile Vatican II. Il était, avec son ami et collègue, l’Archimandrite Cyprien (Kern), le fondateur et l’animateur des Conférences liturgiques Saint-Serge qui, depuis 1954 jusqu’à nos jours, rassemblent spécialistes de la liturgie chrétienne, tant orthodoxes que catholiques et protestants.

(JPEG)
Le père Nicolas Afanassieff (Institut Saint-Serge, milieu des années 1950)
à ses côtés de gauche à droite, le père Alexis Kniazeff, le père Basile Zenkovsky, l’évêque Cassien.
© exarchat.org

Puisant dans son expérience personnelle de prêtre, et refusant de faire du droit canonique une discipline strictement juridique mais plutôt une composante de l’ecclésiologie, le père Nicolas Afanassieff a été le promoteur de l’ « ecclésiologie eucharistique », en soulignant notamment que le mystère de l’Eglise se réalise pleinement dans la communauté locale réunie autour du calice de l’eucharistie, présidée par l’évêque. Auteur d’une thèse fondamentale sur L’Eglise du Saint-Esprit soutenue en 1950 (parue en traduction française aux éditions du Cerf en 1971) et d’une étude non moins remarquable intitulée La Table du Seigneur (parue en russe seulement), il a abordé dans de nombreux autres opuscules et articles les thèmes de la collégialité, l’autorité et la primauté, l’intercommunion, les limites de l’Eglise, le rôle des laïcs dans l’Eglise.


tous droits de reproduction réservés - © exarchat.org

Retour haut de page
SPIP