Funérailles de l’écrivain Henri Troyat

JPEG - 122.7 ko
Funérailles d’Henri Troyat

Les obsèques de l’écrivain français d’origine russe, Henri Troyat, décédé le 2 mars dernier, à l’âge de 95 ans, à Paris, ont été célébrées en la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, vendredi 9 mars, sous la présidence de Mgr l’archevêque Gabriel, entouré des archiprêtres Anatole Rakovitch, recteur de la cathédrale, et Vladimir Yagello, recteur de la paroisse Notre-Dame-du-Signe, à Paris, et du diacre André Svynariov. Quelque trois cents personnes, parmi lesquels une dizaine de membres de l’Académie française, dont le secrétaire perpétuel, Hélène Carrère d’Encausse, elle même de confession orthodoxe, ainsi que l’ambassadeur de la Fédération de Russie, Alexandre Avdeev, participaient à la célébration. A la fin de la célébration, l’hommage funèbre devait être prononcé par l’écrivain Maurice Druon, membre de l’Académie, qui a rappelé qu’après être devenu en 1959 le plus jeune membre de l’Académie française, Henri Troyat en était depuis vingt ans le plus anciennement élu. « Il écrivait merveilleusement bien », a-t-il souligné, rappelant que Troyat avait été désigné dans les années 1970 comme « l’écrivain le plus aimé des français ». De son vrai nom Lev Tarassov, Henri Troyat était né en novembre 1911, à Moscou, dans une famille de riches négociants russo-arméniens. Il avait quitté la Russie à l’âge de neuf ans, au lendemain de la révolution, et n’avait jamais voulu y retourner ni à l’époque soviétique ni après la chute du régime communiste.

Retour haut de page
SPIP