Vingtième anniversaire de l’Église de tous-les-saints-de-la-terre-russe à Mourmelon.

Source du compte-rendu : www.orthodoxie.com
Source des vidéos : www.moinillon.net


Le 25 octobre, à l’occasion du 20e anniversaire de l’église du skite de Moumelon, a eu lieu une concélébration de Mgr Gabriel avec Mgr Michel. Le compte rendu suivant a été rédigé par l’association "’Ermitage". Nous vous proposons aussi le témoignage de Myriam Drobot (cliquez ici) et un album de photographies de cette journée. Les photos jointes sont extraites de cet album

JPEG - 791.4 ko

"Le samedi 25 octobre, l’ermitage de Tous les Saints de la terre russe de Mourmelon (Saint Hilaire le Grand) commémorait les 20 ans de la consécration de sa nouvelle église en bois. À cette occasion, la divine liturgie fut présidée par Mgr Gabriel de Comane, , accompagné du hiérodiacre Athanase.

JPEG - 688 ko

Mgr Michel de Genève et d’Europe occidentale (Eglise russe hors frontières), ancien trésorier de l’association des amis de l’ermitage à l’époque de la construction de l’église, fit également le déplacement, et fut invité à concélébrer la liturgie et le moleben qui s’en suivit. Il était accompagné du père Emilien et du protodiacre Pierre. Mgr Michel avait apporté avec lui l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu « Koursko-Korennaia », ce qui accentua encore la solennité de la journée.

Mgr Gabriel, avant la lecture des heures, tonsura un lecteur pour l’église. Dans son homélie, l’archevêque Gabriel exprima la grande joie que lui inspirait cette concélébration « la première, mais pas la dernière » et souligna que « la concélébration était l’expression de la réalité de l’unité en Christ ». Il conclut son homélie en s’adressant à Mgr Michel avec ces paroles « le Christ est parmi nous », « Il l’est et Il le restera » lui répondit Mgr Michel.

Après le moleben, Mgr Gabriel invita Mgr Michel à prononcer quelques mots. Mgr Michel, remercia chaleureusement Mgr Gabriel d’avoir rendu possible cette concélébration. Il rappela que le fondateur de l’ermitage, l’archimandrite Alexis (Kireevski), avait choisi ce lieu auprès des tombes des soldats russes, car ce témoignage du passé étant un gage d’avenir.

JPEG - 500.4 ko

Ce fut un moment profondément émouvant pour toute l’assemblée ; cette concélébration étant la première entre deux hiérarques de ces deux juridictions depuis de longues décennies. Il fut souligné durant cette journée, que le père Job (Nikitine) avait toujours fait de son ermitage un lieu de rencontre entre tous les enfants de l’Eglise russe, quelque fût leur juridiction.

Lors des agapes qui eurent lieu dans la salle des fêtes de Saint-Hilaire le Grand, Mgr Michel rappela que la Champagne fut un théâtre de guerre mais paradoxalement un lieu de paix et de réconciliation, et que la notion de réconciliation est une notion de résurrection à laquelle nous sommes appelés dans notre vie.

Après les agapes, Mme Agnès Person, conseiller général de la Marne et Maire de Saint-Hilaire le Grand, remercia l’ermitage pour la poursuite de l’action du père Job et le miracle d’avoir pu exaucer le vœu le plus cher du père Job en important et en construisant la nouvelle chapelle. Après son discours, Liisa Munstonen, venue de Finlande pour l’occasion, raconta en détails comment elle, finlandaise, en vint à construire une église en Finlande pour l’offrir au père Job en Champagne.

Ensuite Nicolas Ross replaça la fondation de l’ermitage dans l’histoire de l’archevêché et Ivan Drobot fit une intervention sur le chant liturgique.

JPEG - 618.8 ko

Mgr Gabriel conclut officiellement les conférences en soulignant en particuliers « qu’aujourd’hui nous avions un peu écrit l’histoire » et remercia Dieu d’être intervenu dans cette affaire, car en principe il ne devait pas être là, et se félicita d’avoir pu entamer avec Mgr Michel un dialogue sans intermédiaire et basé sur la confiance.

A l’issu des conférences, une panikhide fut célébrée par le père André Drobot (desservant de l’ermitage et président de l’association des amis de l’ermitage) en présence de Mgr Gabriel et de Mme le maire, Mgr Michel ayant dû partir après le banquet. Mgr Gabriel regagna Paris après la panikhide.

Pour nous tous, cette journée bénie a été marquée par la providence, et sans doutes aussi les prières du père Job. Que le Seigneur continue à guider nos pas !"

Retour haut de page
SPIP